Mon âge26 /+

Îles du Salut - Guyane

La Guyane recèle de coins à visiter, de promenades en pleine nature et d’escapades dans la forêt amazonienne. Mais la Guyane c’est aussi un territoire à l’Histoire lourde de prisonniers, bagnards et autres exilés politiques. De nombreux vestiges de cette époque sont encore visibles dans des endroits qui aujourd’hui sont d’une grande beauté. C’est notamment le cas des Îles du Salut, également appelées “l’Enfer Vert”. 

iles-salut-guyane-vue-mer

Un archipel à la lourde histoire

Les îles du Salut (ou l’Archipel du Diable) sont 3 îles situées au large de Kourou : l’île Royale, l’île Saint Joseph et l’île du Diable. Elles abritent une grande partie de l’histoire de la colonie pénitencière. 

En effet, le premier bagne Guyanais voit le jour sur l’archipel en 1852 par un décret de Napoléon III qui y voit un double avantage. D’un côté il vide la métropole des plus grands malfrats et d’un autre cette main d’oeuvre “gratuite” participe au développement des colonies. En moins d’un an, on comptabilise déjà 1000 détenus sur les îles du Salut qui sont un lieu idéal pour y implanter un bagne. En effet, bien que le climat soit plutôt très favorable, l’isolement évident d’une île, qui plus est balayée par les vents et entourée de courants forts et de requins rendent l’évasion impossible. C’est pourquoi les condamnés les plus difficiles y étaient incarcérés. Les autres étaient envoyés au Bagne de Saint-Laurent-du-Maroni, que vous pouvez aussi visiter :)

Jusqu’en 1946, année de la fermeture du bagne, les îles ont vu passer plus de 70 000 condamnés.

Ce sont donc les bagnards qui vont construire les différents bâtiments, en commençant par leurs propres cases en bois. Vient ensuite la construction d’un hôpital avec les premières fièvres qui apparaissent.

Le Capitaine Dreyfus vous connaissez ? Ce militaire qui a été accusé à tort de trahison envers l’armée française ? Il a été condamné au bagne en Guyane et est arrivé sur l’île du Diable en 1895. Les conditions de vie sont très difficiles. Il vit seul, surveillé, torturé, sans vue sur l’extérieur et ce, pendant 4 longues années. Il s’occupe en écrivant des lettres à sa femme et en lisant beaucoup. Dreyfus est, malgré tout, un prisonnier modèle.

Un archipel aujourd’hui paradisiaque

iles-salut-guyane-vestiges-bagne

Visiter les îles du Salut

Les îles du Salut jouissent donc d’une image plutôt ambiguë, entre le poids de l’Histoire et les jolis paysages qui invitent à la découverte. Même si le processus de patrimonialisation est en cours, l’équilibre entre « tourisme de mémoire » et « tourisme de loisirs » reste encore difficile à atteindre. Bref, l’archipel est tiraillé entre de nombreuses contradictions mais c’est ce qui en fait son charme et sa richesse.

Les trois îlots de la Guyane sont toutes de petite taille. Très escarpées, leurs côtes sont plutôt rocheuses et chacune dispose d’une particularité :

  • L’île Saint-Joseph est la plus sauvage. A travers le sentier qui fait le tour de l’île, vous pourrez découvrir les ruines du bagne recouvertes par la végétation qui a repris ses droits. Sa plage de coquillage est connue et reconnue, ne la manquez pas, c’est le meilleur endroit pour profiter de la baignade.
  • L’île du Diable est la plus petite. C’est elle qui accueillait les prisonniers politiques. Elle est aujourd’hui interdite d’accès, mais certains bateaux s’en approchent pour que vous puissiez la voir de plus près.
  • L’île Royale est la plus grande de l’archipel. Elle comprend les vestiges de l’hôpital et l’administration pénitentiaire du bagne. C’est ici aussi que vous verrez la Piscine des Bagnards, un bassin naturel protégé de rochers où les détenus pouvaient se baigner sans crainte d’être attaqués par des requins.

Pour faire le tour de cette dernière, vous aurez besoin d’au moins 1h30. Prenez le temps d’observer la faune et principalement les singes qui grimpent avec aisance et légèreté aux cocotiers. Ils ne sont pas farouches et n’hésitent pas à s’approcher de vous. Autrement, l’Auberge des Iles se trouve sur les hauteurs et offre une vue incroyable sur les îles autour, l’océan et les jolies plages de Guyane. Vous pouvez vous arrêter à son restaurant, le seul de l’île qui vous propose un très bon menu pour 25€. 

iles-salut-guyane-singe

On vous conseille également de vous arrêter au musée du bagne qui ne paye pas de mine, certes, mais vous montre le portrait des bagnards et leur Histoire sur les îles du Salut. Un moment très poignant !

Et après ?

Et après… Si vous êtes mordu de pêche, quelques sociétés d’excursions vous proposent de partir en mer autour des îles du Salut pour faire de la pêche sportive, un sport très apprécié en Guyane.

Vous pouvez aussi filer à Sinnamary qui se trouve un peu plus au nord. Autour de ce village, les paysages sont superbes entre criques cachées, sentiers de randonnées et bien sûr le fleuve Sinnamary. Les activités à y faire sont nombreuses et vous allez aimer vous y promener.

Informations Pratiques

Comment se rendre aux îles du Salut ?

iles-salut-guyane-arrivee-bateau

Pour aller sur les îles du Salut, il faut d’abord se rendre à Kourou. Pour cela, vous n’avez d’autre choix que de louer une voiture pour y aller. Les distances sont grandes en Guyane. Ne comptez pas sur les transports en commun et le stop est plutôt déconseillé. Bref, pour plus de liberté et d’autonomie, optez pour la location de voiture en Guyane.

Une fois à Kourou, il faudra vous diriger vers le port d’où les navettes partent vers l’île Royale. Plusieurs options s’offrent à vous :

  • Départ en voilier : Le circuit classique se déroule sur une journée avec un départ vers 7h30 du port de plaisance de Kourou. Comptez 1h de bateau pour arriver à l’île Royale. En début d’après-midi, le voilier vous emmène sur l’île Saint-Joseph. Vous pourrez vous baigner puis passerez à côté de l’île du Diable avant de revenir à Kourou vers 17h30. Vous pouvez aussi faire le même trajet sur 2 jours pendant lesquels vous profiterez beaucoup plus des étapes. Comptez 50€ l’aller-retour pour l’option sur une journée et 60€ sur 2 jours. 
  • Départ en navette : Elle vous emmène uniquement à l’île Royale. Elle part le matin à 8h30 et revient vers 17h30. Cette option est bien entendu moins chère que la précédente. Comptez 43€ l’aller-retour.

Il est aussi possible d’opter pour une visite guidée de l’île Royale. Comptez 2h, moyennant 7.50€. La visite est complète et très intéressante, ça vaut le coup : le guide, passionné, vous montrera l’église, l’hôpital, le cimetière des enfants, le quartier des surveillants avant de terminer par le musée.

Attention : Notez que lorsqu’un décollage de fusée est prévu au Centre Spatial Européen à Kourou, l’accès aux îles de salut est suspendu. Renseignez-vous bien avant d’y aller. 

iles-salut-guyane-sentier

Où loger ?

Bien que la plupart des personnes optent pour l’aller-retour sur les îles du Salut en une journée, certains préfèrent y passer la nuit pour bien en profiter et visiter tout ce qu’il y a à voir ainsi que de passer une soirée sur ces jolies îles avec un coucher de soleil unique… Tant qu’à faire !

Les hébergements touristiques se concentrent sur l’île Royale où les anciens bâtiments pénitentiaires ont été reconvertis en hôtel. Le grand avantage est qu’il y en a pour tous les goûts et tous les budgets. Si vous êtes plus dans un état d’esprit baroude, le hamac entre deux cocotiers fera amplement l’affaire. Le bruit des vagues vous bercera pour la modique somme de 10€. Si vous souhaitez plus de confort et un toit sur votre tête, les anciennes maisons de gardien sont faites pour vous. Comptez entre 70 et 200€ la nuit.

 

Vous l’aurez compris, la visite des îles du Salut est un incontournable de la Guyane qui vous immerge dans l’histoire du territoire. Une atmosphère particulière et nous vous conseillons vivement d’y aller. Vous aurez peut-être besoin de prendre un peu de hauteur après, et vous pourrez facilement en visitant le Camp Canopée au coeur de la forêt amazonienne. Une visite des Marais de Kaw vous permet aussi de passer 24h au calme dans un cadre unique et paisible. Une parenthèse très agréable à ne manquer pour rien au monde.